Richesse culturelle, gastronomie, douceur du climat… autant d'atouts que l'Italie met traditionnellement en avant pour attirer à elle les travailleurs étrangers. Pourtant, le pays peine à sortir de la crise et à retrouver une véritable croissance. La Botte est toujours confrontée à des inégalités régionales, entre un Nord dynamique et un Sud pauvre et rural, ainsi qu'au crime organisé. Malgré cela, l'Italie est devenue l'un des premiers pays d'immigration dans l'Union européenne.

En savoir plus sur l'Italie

Capitale : Rome

Population : 60 808 668 hab.

Superficie : 302 072 km²

Langues : italien

Monnaie : euro

Croissance du PIB : 0,8 %

PIB : 1636 milliards $

Dette 2015 : 2 170 milliards € (132,7 % du PIB)

Déficit  2015 : 60 milliards € (2,6 % du PIB)

Chômage : 11,7 %

Français : 70 000 (estimation)

Indicatif téléphonique : +39

Eures : www.lavoro.gov.it/lavoro/eures

Chambre de commerce : www.chambre.it/

Ambassade de France : www.ambafrance-it.org

Connaître le contexte pour partir vivre en Italie

Si vous envisagez de partir en vivre en Italie, sachez que le pays a timidement renoué avec la croissance, qui reste inférieure à celle de la zone Euro. Le gouvernement de Matteo Renzi, depuis son arrivée au pouvoir, a mis en œuvre un certain nombre de réformes : loi sur l'Emploi, baisse des impôts, qui ont relancé la consommation, ou encore la réforme constitutionnelle relative au Sénat et la réforme de la justice. L’Italie est toujours la 3e puissance économique européenne de la zone euro après l’Allemagne et la France. Les investisseurs ont même commencé à retrouver le chemin de l'Italie ! L'industrie reste un secteur actif, en particulier l'industrie manufacturière, basée sur la fabrication de machines et équipements, la métallurgie, l’industrie alimentaire et le textile, le cuir et l'habillement, qui ont fait la réputation du pays.

Si le taux de chômage reste élevé, les réformes de Renzi ont créé des emplois sur la dernière période, notamment des CDI (grâce à des exonérations de cotisations sociales).

L'économie de l'Italie repose pour l'essentiel sur ses PME familiales (dont 95 % sont des micro-entreprises de moins de 10 salariés), souvent regroupées au sein de districts-industriels, particulièrement ouverts et dynamiques.

Si l’activité bénéficie depuis quelques mois d’un dynamisme important à travers l’amélioration des comptes publics, la demande intérieure et les exportations, la croissance italienne poursuit son redressement à un rythme moins soutenu que précédemment.

Les régions les plus développées sont au nord-ouest, autour des villes de Milan, Turin et Gênes, au nord-est avec des PME industrielles fortes, dans le centre, principalement autour du tourisme. Le sud est quant à lui toujours confronté à une industrie souterraine qui nuit au développement des entreprises.

Des réformes prévoient des investissements massifs dans le haut débit. Les secteurs porteurs d'emploi sont ceux de l'agro-alimentaire, de la santé et du bien-être, du durable et des TIC, (Technologies de l'Information et de la Communication).

 
Partager cet article