Bien que le pays affiche le second PIB par habitant au monde, le chômage a explosé en 2015 (il est à son plus haut niveau depuis 15 ans). Les chutes du cours du pétrole et du gaz ont pénalisé le pays, en ayant notamment un impact négatif sur l'emploi. Conséquence : la Norvège, qui jusqu'à présent était une terre d'accueil pour l'immigration, connaît un repli sur soi. Cela se traduit par un durcissement de sa politique, notamment des règles de l'asile. Les premiers touchés par le chômage sont les travailleurs étrangers.
Près de la moitié des chômeurs de la région de Stavanger (capitale du pétrole) sont des étrangers, pour beaucoup membres de l'EEE. Pour faire face à ces difficultés, le gouvernement souhaite mettre en place des mesures pour sortir du tout-pétrole. Et trouver ainsi de nouveaux débouchés pour les travailleurs installés en Norvège.
 

En savoir plus sur la Norvège

 
Capitale : Oslo
Population : 5 223 256  hab.
Superficie : 323 758 km²
Langues : norvégien
Monnaie : couronne norvégienne
Croissance du PIB : 0,9 %
Chômage : 4,3 %
Français : 5 000 (principalement à Oslo)
Indicatif téléphonique : + 47
 
Chambre de commerce : www.ccfn@ccfn.no
 
 
Ambassade de France : www.ambafrance-no.org/
 

Connaître le contexte pour partir vivre en Norvège

 
Si le climat ne paraît pas jouer en faveur de la Norvège, pour autant, le pays offre à ses expatriés français des conditions de travail souvent plus favorables, avec un emploi du temps moins stressant, des revenus plus élevés et des rapports hiérarchiques moins marqués. Le marché du travail est aussi moins bloqué, même si le chômage est remonté ces derniers mois. De nombreux investissements dans le secteur pétrolier ont été reportés, entraînant une vague de licenciements. Des projets de prospection repoussés mais qui ne remettent pas en cause les milliards d'euros qui seront injectés dans l'exploitation des nouveaux gisements découverts notamment en mer de Barents.
Jusqu'à présent dopée par ses rentes pétrolières, la Norvège est peu endettée, elle continue donc de jouer le rôle de l'Etat-providence en assurant des prestations sociales importantes à ses habitants. Ce qui n'est pas sans poser de problèmes. Car en même temps que les cours du pétrole chutaient, quelque 30 000 migrants cherchaient refuge en Norvège.
La Norvège reste un partenaire essentiel de l'UE même si elle n'y adhère pas, notamment en assurant pour partie sa sécurité énergétique. Les Français qui choisissent de s'y installer travaillent pour la plupart dans des entreprises norvégiennes du secteur de l'énergie. Ce sont ensuite dans les secteurs des produits agroalimentaires (avec notamment des opportunités dans le bio), des articles de sport d'hiver (en particulier en ce qui concerne les activités de l'outdoor) et dans la production d'électricité que les Français se distinguent.
 

 

Partager cet article