Les J.O. vont mettre le projecteur sur Paris. Une occasion d’aller au-delà des clichés et de montrer au monde une métropole parisienne en mutation.

 
Cela faisait quelque temps que le suspens était éventé. Mais maintenant, c’est chose faite : Paris recevra bien les Jeux Olympiques en 2024.
 
L’évènement sportif mondial le plus prestigieux, avec ses audiences en milliards de téléspectateurs, sera-t-il une bonne affaire pour l’immobilier parisien ? Ce n’est pas si simple. « Ça ne va pas aider à faire reculer les prix, c’est sûr. Mais je doute que les JO contribuent à les augmenter », confiait récemment au Figaro Jean-François Buet, président de la Fédération nationale des agents immobiliers (Fnaim).
 
L’enjeu des Jeux ne portera pas tant sur un gain spéculatif à espérer par rapport aux plus ou moins 9000 € actuels du m2 parisien, mais plutôt sur le statut même de la « ville-globale » nommée Paris et de son dynamisme. 
Par « ville globale », les géographes désignent les mégapoles qui exercent un rôle stratégique à l’échelle mondiale. Selon les critères retenus, Paris se situe de la 3e à la 5e places, quand Londres et New-York trustent la première et la deuxième positions dans tous les cas de figures.
 
Ce que peuvent apporter les Jeux à la capitale française, c’est éviter le risque de « provincialisation » à l’échelle mondiale que Paris peut courir s’il se contente de n’être que la destination romantique bien connue et appréciée du monde entier. En donnant à la planète l’image d’une ville qui se réinvente autour de son cœur historique, Paris augmente ses chances de rester dans la course des villes mondiales.

Le super métro devient une ardente obligation

On peut souhaiter que les Jeux Olympiques de Paris poussent à ce que les engagements antérieurs du Grand-Paris soient tenus. Le calendrier prévisionnel de la création du super métro « Grand-Paris-Express » se transforme de fait en ardente obligation (les lignes automatiques 15,16,17 et 18 vont former une grande rocade de 200 kms ajoutée au prolongement des lignes 11 et 14). Ainsi, le plus grand chantier urbain actuel en Europe est contraint d’être une réussite : il faut que les premiers tronçons soient opérationnels pour les Jeux.

La notion de banlieue peut changer

A plus long terme, ce supermétro et ses 68 gares vont permettre de relier sept grands pôles de compétitivité (clusters) qui vont refaçonner l’activité économique en Ile-de-France et changer la notion même de banlieue. 100 000 logements aux dernières normes vont être construits. Un verrou s’apprête à sauter : la capitale française ne va plus se limiter aux 105,4 km2 du Paris intramuros (ou du « Paris carte postale », comme on voudra).  Paris une fois de plus – comme il l’a toujours fait depuis qu’il a débordé de l’enceinte de Philippe Auguste, puis du mur des Fermiers généraux, puis des « fortifs » de Thiers – va absorber un nouveau cercle concentrique en franchissant le périph’.
C’est ce Paris moderne et dynamique encerclant le Paris historique que les J.O. peuvent aussi donner à voir. Au monde entier bien sûr, mais peut-être d’abord aux Français eux-mêmes.

PAROLE D’EXPERT

Est-ce que les J.O et le projet Grand-Paris peuvent avoir un effet positif sur l’immobilier parisien ?
 
Charles Morin (Expatrissimmo) : Il est peut probable que les J.O. changent la donne du marché immobilier parisien, si ce n’est en faisant monter très momentanément le prix des locations saisonnières. 
En revanche, les infrastructures de transport prévues dans le projet du Grand-Paris (et qui ont contribué à l’obtention des J.O.) vont rendre plus attrayant l’immobilier dans la première et la deuxième ceintures. Cela peut stimuler le marché dit « de report ». C’est-à-dire celui des classes moyennes et moyennes supérieures qui ont besoin de se loger et n’ont plus les moyens d’acheter dans Paris intra muros. Les investissements les plus avisés sont à faire dans les programmes qui fleurissent dans ces nouveaux quartiers. Si les J.O. permettent de donner à voir la dynamique d’un Paris élargi et moderne, ce sera très positif.
 
 

Partenaire de l'UFE
Vous résidez hors de France et vous souhaitez acheter un bien en France ? 
Expatrissimmo a été créé pour apporter aux expatriés une solution aux problèmes d’éloignement. Il vous propose une sélection des biens à distance, de l’information et du conseil. Expatrissimmo ne se limite pas à la vente d’un bien mais vous assiste durant l’ensemble du processus jusqu’à la signature de l’acte chez le notaire et au-delà (travaux…)

 

Contact
Par téléphone + 33 1 850 858 55
Par email :  contact@expatrissimmo.fr

 
Retrouvez cet article dans La Voix de France n°567 à paraître en octobre 2017
 
 
 
Partager cet article