Alors que la presse bruissait du mécontentement des retraités dont le taux de prélèvement de la CSG sur leur retraites augmentait d’1,7 % à partir de janvier 2018, le retraité non-résident abordait plutôt sereinement le sujet, étant exonéré de cette taxe  sur sa retraite. Et bien c’était sans compter sur l’efficacité du Ministère de l’économie et des finances ! 

A la surprise générale, sans aucune concertation avec les élus des Français de l’étranger, un décret du 30 décembre 2017, passé d’autant plus inaperçu, qu’il paraissait en pleine période de fêtes, met en place une augmentation de 1, 7 % du taux de prélèvement de la cotisation à l’assurance maladie qui passe donc de 4,2 à 5,9 %. 
 
 
Alors que le prélèvement sur les retraites en France est conditionné à un certain niveau de revenu (à partir de 1400 euros), le retraité non-résident devra régler ce surcout quel que soit son revenu. Il est fort à parier que cela engendrera des fins de mois périlleuses pour certains retraités dont les revenus sont déjà minces.
 
Une application sur-mesure pour les retraités non-résidents !
 
Dans ces conditions, les retraités non-résidents sont bel et bien condamnés à la triple peine. Quand la réponse en France à la perte de pouvoir d’achat qu’engendrerai cette hausse de prélèvement était la disparition progressive de la taxe d’habitation, pour les non-résidents :  pas d’exonération de la taxe d’habitation et même une taxe d’habitation majorée pour ceux qui souhaitent, pour préserver le lien avec leur pays et leurs racines, conserver une habitation en France : cette habitation étant  toujours considérée comme une résidence secondaire…
 
Devant ce manque d'équité flagrante entre les Français de l'étranger et les Français résidant en France, Gérald Darmanin , Ministre de l'Action et des Comptes publics a demandé au Premier Ministre de suspendre l'application de ce décret et a confié à Anne Genetet déjà en charge d’une mission parlementaire étudiant entre autres l’évolution du régime de prélèvements obligatoires applicable aux non-résidents, de travailler à une solution garantissant cette équité.
 
 
Affaire à suivre donc...
Partager cet article