L’art de vivre « à la Française » est un pilier de notre culture. Maitriser les codes du savoir-vivre peut dans de nombreuses situations, vous faire gagner du temps et vous permettre de vous sentir à l’aise en toutes circonstances.

« L’art de maîtriser les codes » est le premier ouvrage de Jérémy Côme sur le savoir vivre et les bonnes manières versus 2018. 
 
 
 
 
Moderne dans sa forme, vivant dans sa rédaction, concret dans ses exemples, ce livre est un outil pratique. Vous pourrez  piocher, ici et là, des astuces visant à anticiper les multiples situations de la vie courante qui parfois nous plongent dans l’embarras, faute de posséder les codes, les usages et les bonnes manières. 
Il évitera aussi aux plus anxieux d’appréhender certaines conjonctures. Ce manuel vous donne les clefs du bien vivre ensemble.
 
 
D’aucuns considèrent ces règles comme désuètes, mais ce sont ces mêmes personnes qui se vexent d’être pris de court lors d’un dîner. 
La vie se charge suffisamment de nous imposer des tensions en famille, des contraintes au travail, des malentendus en amitié alors tentons, tous ensemble, de rendre le quotidien plus doux, plus serein, en étant courtois et bienveillants.
 
 
Expert en savoir-vivre dans les émissions où il est chroniqueur, Jérémy Côme défend avec passion et conviction ces préceptes légués par des siècles de traditions. L’envie de les partager a guidé sa démarche, il s’est attaché à en dévoiler l’origine, la symbolique ou l’héritage. Donner du sens à ces codes, maçonner ce ciment social pour entretenir la grâce des relations humaines, telle a été son ambition en rédigeant ce guide.
 
 
Vous retrouverez, désormais, chaque mois un article de Jérémy en lien avec l’actualité. 
 
En décembre ne manquez pas ce rendez-vous sur l’art de déguster les plats de fête !
 
 
« Les bonnes manières, ce n’est pas obligatoire mais c’est bon à savoir ! ». Et oui, il est tellement plus aisé de s’affranchir de l’académisme lorsqu’on le maîtrise, d’autant que rien n’est pire que d’être pris en flag sans argument pour se justifier.
Jérémy Côme
Partager cet article