Un certain nombre de freins juridiques à l’investissement étranger sont posés pour créer son entreprise aux Emirats arabes unis, comme l’interdiction (hors zone franche) de détenir plus de 49 % du capital d’une entreprise locale pour un investisseur étranger, l’obligation de recourir à un agent de service local pour les succursales et les bureaux de représentation des sociétés étrangères…

Il existe quatre formes d'implantation aux Émirats Arabes Unis : le bureau de représentation, la succursale, la création d’une filiale de droit local hors zone franche et l'implantation en zone franche. La majorité des étrangers préfèrent la Limited Liability Company (LLC), selon laquelle au moins 51 % des actions sont détenues par des émiratis. Il vous faudra investir un minimum de 150 000 dirhams et chaque action devra valoir au moins 1 000 dirhams.

Les avantages sont nombreux comme l'absence de fiscalité et de contrôle des changes, un secteur bancaire fiable, une bonne position géostratégique, une main-d'œuvre bon marché…

Consultez également notre rubrique "La fiscalité aux Emirats arabes unis".

L'aide à la création d'entreprise aux Emirats arabes unis

Le fond de la CCIF Abu Dhabi encourage les entrepreneurs français sur l’émirat d’Abu Dhabi avec une aide remboursable. Tout entrepreneur français s’installant sur l’émirat d’Abu Dhabi peut en être le bénéficiaire. La dotation est d'un montant minimum de 25 000 dirhams remboursable sur une période maximum de 12 mois.

 
Partager cet article