La législation pour travailler à Dubaï

Pour obtenir un permis de travail à Dubaï, mieux vaut d’abord décrocher un contrat depuis l’étranger. L’employeur doit obtenir une carte de travail pour l’employé recruté dans les soixante jours suivant l’arrivée de l’employé au pays. Vous serez soumis à un examen médical avant que votre demande de permis de travail soit acceptée.

L’emploi aux Émirats arabes unis est régi par un code du travail. Il n’existe pas de salaire minimum légal aux Émirats arabes unis mais le salaire moyen s'élève à 3 000 $ par mois. La durée hebdomadaire de travail est de quarante-huit heures. Le week end est le vendredi et le samedi. Les congés annuels sont généralement de trente jours et il existe 10 jours fériés. L’employeur doit fournir une assurance maladie au salarié non émirien (carte santé ou assurance privée).

Les CDD sont de 4 ans maximum, renouvelables une fois, et les CDI peuvent être rompus à n'importe quel moment avec un préavis de un mois. La période d'essai peut durer jusqu'à 6 mois.

Quels secteurs sont porteurs d’emploi aux Emirats arabes unis ?

Les jeunes diplômés auront plus de mal à décrocher un contrat que les personnels expérimentés qui sont recherchés (5 à 10 ans d'expérience) pour assurer des postes d'encadrement dans les secteurs des services financiers, des nouvelles technologies, du tourisme (hôtellerie et restauration), du commerce et de l’immobilier. C'est à Dubaï et Abu Dhabi que les possibilités d'emploi sont les plus importantes. Mais il n'est pas interdit de chercher ailleurs. Dans l'Emirat de Fujaïrah, le secteur portuaire connaît un développement accéléré tout comme celui du tourisme grâce à ses plages de sable blanc et ses récifs coraliens. Vous pourrez trouver du travail dans les secteurs des nouvelles technologies, du commerce, des services et de l'industrie dans la ville de Ras Al-Khaimah dotée d'une zone franche.

 

 
Partager cet article