En savoir plus sur la Russie

Capitale : Moscou
Population : 146 373 772 hab.
Superficie : 17 098 240 km²
Langues : russe
Monnaie : rouble
Croissance du PIB :
Chômage : 5,3 %
Français : 5 775 (inscrits)
Indicatif téléphonique : + 7

Union des français de l'Étranger Russie (Moscou, Saint Pétersbourg, Krasnodar et Samara) : +7 968 669 27 60, russie@ufe.org et http://http://russie.ufe.org

Ambassade de France : www.ambafrance-ru.org

Chambre de commerce : www.ccifr.ru

Economie russe : où en est-on en 2017 ?

En cette fin d’année 2017, l’économie russe montre des signes de reprise pondérée.

La chute du prix des hydrocarbures à partir de l’été 2014 a eu pour conséquence directe d’entrainer une contraction du PIB de respectivement 2,8 % en 2015 et 0,2 % et 2016.

Malgré un contexte international tendu marqué par des sanctions avec son premier partenaire commercial : l’Union Européenne, l’économie russe s’est cependant montrée une fois encore plus résiliente que prévue. L’année 2017 voit un retour de la croissance avec une hausse du PIB (comparée sur un an) de respectivement 0,5 % au premier trimestre, 2,5 % au deuxième trimestre et 1,8 % au troisième trimestre.

Sur ces trois premiers trimestres la production industrielle a augmenté de 1,8 % tandis que les industries automobile, pharmaceutique, chimique et alimentaire, ainsi que la production d'équipements électriques affichent une croissance plus marquée.

Signe de cette dynamique positive, le FMI a relevé ses prévisions de croissance pour la Russie à 1,8 % cette année, contre 1,4 % auparavant, une estimation désormais similaire à celle du ministère de l’économie russe.

Dans le même temps, l’inflation continue à baisser et devrait terminer l’année aux alentours de 4 %, bien loin des taux de ces dernières années : 12,5 % en 2014, 11 % en 2015 et 9 % en 2016. Une dynamique extrêmement importante alors que tous les sondages montrent clairement que l’inquiétude principale des citoyens russes est clairement la situation économique et en premier lieu la hausse des prix à la consommation.

Dans le même temps, la reprise économique, même si timide, a des premières répercussions directes sur le taux de chômage qui lui reste très faible à environ 5 %.

Enfin, alors que le budget a été élaboré sur la base d’un baril à 50 dollars, le prix du pétrole dépasse les 60 dollars en cette fin novembre 2017. Cette équation d’un baril à 60 dollars et d’un rouble bas (1 dollar pour 60 roubles) est sans doute une opportunité historique pour la Russie de transformer son économie en étant contrainte de développer un modèle économique non sur-dépendant des hydrocarbures.

Cette sortie de crise plus rapide que prévue ne doit cependant pas masquer le fait que le résultat est pour l’instant inférieur aux attentes du pouvoir russe mais surtout aux besoins réels de l’économie russe qui a besoin d’un taux de croissance de 4 à 5 % mais surtout d’une forte baisse des taux de crédits pour oxygéner son économie.

Un impératif tandis que se tiendra dans quelques mois une élection présidentielle dont la situation économique, même si elle ne pourra influer sur le résultat, sera sans doute la thématique principale.

Alexandre Stefanesco, Fondateur d’ATSAL HR Solutions

www.atsal.com

 

Partager cet article