La Tunisie était un pays qui affichait une croissance régulière jusqu'à ce que les crises politiques bouleversent le paysage : le « Printemps arabe » a sérieusement donné un coup de frein aux investissements, aggravant la situation économique, et les islamistes renforcent peu à peu leur pouvoir au sein de l'appareil de l'Etat. Pour beaucoup, la pauvreté et les difficultés sociales subsistent sans que la « révolution » n'y ait rien changé : la menace de soulèvements reste entière, sans compter le nombre croissant de jeunes hommes et femmes partis mener une nouvelle croisade en Syrie. Pourtant, les milliards prêts à être investis dans l'économie du pays sont là, il ne manque plus qu'une volonté politique réformiste. La Tunisie est toujours à la croisée des chemins, certains peuvent faire le pari de s'y investir aujourd'hui… ou encore d'y vivre leur retraite, compte tenu d'une fiscalité très attractive.

 

En savoir plus sur la Tunisie

Capitale : Tunis
Population : 11 380 140 hab.
Superficie : 163 610 km2
Langue : arabe
Monnaie : dinar
Croissance du PIB : 1 %
Chômage : 15 %
Français : 23 279 inscrits
Indicatif téléphonique : + 216

Chambre de commerce : www.ctfci.org

Ambassade de France : www.ambassadefrance-tn.org

Connaître le contexte pour partir vivre en Tunisie

La situation économique connaît un certain sursaut en ce début 2016 : reprise de l'activité industrielle, hausse des secteurs des services, bancaire et financier, des télécommunications, mais le secteur agroalimentaire est en net repli, tout comme celui de la production du pétrole et du gaz, ce qui indique d'ailleurs que la Tunisie va être confrontée à un problème majeur pour assurer son indépendance énergétique. Le tourisme reprend timidement sans toutefois retrouver son activité d'avant les attentats, le pays ne parvenant pas à assurer une situation sécuritaire suffisamment satisfaisante.

Aujourd'hui, les experts tirent la sonnette d'alarme car la plupart des indicateurs sont au rouge : chute de la monnaie, repli des exportations, tourisme à l'arrêt ou presque, recul des investissements… Pourtant, les intentions d'investissement sont là, en particulier à destination des industries mécaniques et électriques, dans les secteurs aéronautique, agroalimentaire, des industries chimiques. Les régions ciblées sont celles de Zaghouan, Sfax et Ben Arous. Autre point positif : la Banque mondiale a classé la Tunisie en tête du classement des pays du Maghreb dans son rapport « Doing Business 2016 », notant ses mesures pour faciliter l'environnement des affaires.

Les défis à relever restent importants et si la reprise d'une croissance reste l'objectif du gouvernement, l'évolution de la situation sécuritaire et du climat social reste encore incertaine.

 
Partager cet article