NORVEGE

CLAUDE MORELLE, IN MEMORIAM

Notre très cher ami et ancien pilier de l’UFEN, Claude Morelle, est décédé au dernier jour de janvier de cette nouvelle année.

 Claude manque désormais à l’appel et laisse un vide dans le coeur de tous ceux qui l’ont connu et aimé. Norvégien d’adoption depuis il y a un demi-siècle, il fut tout de suite très actif dans le milieu des Français de Norvège et devint dès le début un membre dynamique de l’UFEN, au sein de de son bouillonnant bureau. Ancien champion de volley-ball, il rassembla autour de lui, avec Jean Sala, une bande de copains pour former une équipe, l’UFEV. À la fois entraîneur et boute-en-train, il engagea l’équipe dans la compétion, avec, à son apothéose, la participation au Veteran-Cup de Helsinki en 1986. Cette équipe devint un groupe d’amis inséparables qui se retrouvaient le plus souvent possible pour des célébrations et des sorties mémorables. Après Jean et Michel, c’est désormais Claude qui tire sa révérence pour le paradis des volleyeurs et de l’amitié. Les survivants en ont le coeur en peine. avec plusieurs années de guerre d’Algérie, formé à l’École d’Officiers de Réserve en Algérie, Claude avait un lourd bagage, mais avait su tirer leçon de cette dure période. Travaillant pour l’exportation de produits de l’industrie norvégienne du plastique, y compris l’épopée des tout premiers ski en plastique, les skis Epoke, il s’orienta définitivement vers le matériel de Défense. Il mit sur pieds cettee activité de manière remarquable et, en tandem avec Michel Lacoste, lui aussi de la bande du volley, ils développèrent un commerce impressionnant ainsi que d’excellentes relations franco-norvégiennes.
Claude Morelle prit sa retraite il y a une quinzaine d’année et se refera en région parisienne auprès de son admirable et charmante compagne, Annie. Ils ne manquaient pas tous deux de faire un saut en Norvège de temps en temps, pour y retrouver la famille et les fameux copains, et fêter anniversaires et retrouvailles. À la suite de plusieurs AVC, handicapé, mais toujours de bonne humeur, Claude n’eut
d’autre choix que de vivre en maison de retraite où il fut malheureusement terrassé par la Covid.
Nous partageons la douleur de sa famille et de tous ses amis, à qui nous adressons
nos sincères condoléances. Que notre cher ami Claude repose en paix.
Bertrand
Partager cet article