Aujourd’hui, la Cour de Justice de l’Union Européenne déclare dans son arrêt, affaire C-623/13 Ministre de l’Économie et des Finances / Gérard de Ruyter, que les revenus du patrimoine des résidents français qui travaillent dans un autre État membre ne peuvent pas être soumis aux contributions sociales françaises.

Je mène à l’Assemblée nationale la lutte contre cette mesure depuis qu’elle a été votée en 2012. Après que l’UMP ait déposé un recours auprès du Conseil constitutionnel et ait été déboutée, j’ai demandé à la Commission européenne sa conformité. C’est la raison pour laquelle, je me réjouis de l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne.

En outre, la Cour énonce que l’interdiction de cumul édictée par le règlement n’est pas subordonnée à l’exercice d’une activité professionnelle et s’applique donc indépendamment de l’origine des revenus perçus par la personne concernée.

En conséquence, les non-résidents devraient être traités selon les mêmes termes. Le Conseil d'Etat doit maintenant se prononcer. Lors de la séance des Questions du 26 mars prochain à l’Assemblée nationale, j'interrogerai le gouvernement afin de savoir comment il va adapter sa législation et dans quel délai. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant.

Claudine SCHMID

Partager cet article