Dès la rentrée de septembre prochain, les étudiants français au Québec paieront trois fois plus cher leur scolarité à l’Université.

Tout Français nouvellement inscrit en premier cycle universitaire paiera comme un autre Canadien non-résident du Québec, soit 6 500 dollars par an (environ 4 600 euros contre 1600 jusqu’ici). En revanche, les étudiants en maîtrise et en doctorat continueront à bénéficier des mêmes tarifs que les Québécois, « pour promouvoir la recherche de haut niveau », explique Christine St-Pierre, ministre des relations internationales du Québec.

Cette mesure doit permettre au gouvernement québécois d’économiser 30 millions de dollars par an. « Les nouveaux étudiants français vont continuer, malgré cette augmentation, à bénéficier des droits de scolarité parmi les plus avantageux d’Amérique du Nord », a souligné la ministre québécoise. De fait, les jeunes Français paieront deux fois moins que les autres étudiants étrangers.

Depuis 1978, en vertu d’un accord France-Québec, les jeunes Français bénéficiaient  du même tarif que les Québécois (2 300 dollars canadiens par an en premier cycle, soit 1 600 euros), alors que les étudiants des autres provinces payaient 6 500 dollars par an (4 600 euros) et les étrangers au moins 13 000 dollars. Des privilèges qui, depuis les années 2000, ont contribué à augmenter considérablement, le nombre d’étudiants français fréquentant les universités québécoises, quelque 12 000 actuellement.

Partager cet article