Un cousin venu du fond des âges

...et du fond de la mer

marjorie_courtenay_latimer.jpeg

latimeria_photo.jpeg

 
latimeria_chalumnae.jpeg

Par une chaude journée de l’automne 1938 en Afrique du Sud   Madame Marjorie Courtenay-Latimer (1907-2004)  songeait  à son déjeuner familial en scrutant l’étal du poissonnier quand son regard fut attiré par un poisson étrange qu’elle avait déjà vu quelque part ; en fait c’était dans des roches fossiles au milieu d’autres vestiges d’espèces disparues depuis des millions d’années.

Avant qu’elle n’ait retrouvé dans sa mémoire la trace du poisson fantôme, des semaines s’écoulèrent.

Les  investigations auxquelles elle se livra  par la suite auprès des pêcheurs furent de peu de secours.

Ce poisson bien que rare était connu des populations locales. Il n’apparaissait que fortuitement dans les filets, et jamais vivant. En fait il fallut attendre 1952 pour que la prise d’un second coelacanthe soit enregistrée dans les eaux de l’Archipel des Comores. Entre temps le poisson fossile avait été nommé  « Latimeria  chalumnae » en hommage à son inventrice et à la rivière où il avait été trouvé  pour la première fois.

Depuis lors les études menées n’ont pas éclairci  pourquoi ce poisson de 200 millions d’années et  présumé dans la chaîne  de l’évolution conduisant jusqu’à l’homme est néanmoins toujours vivant dans les abysses de l’Archipel des Comores et peut être en Indonésie.

Entre temps il est devenu le poisson fétiche des Comores et inscrit dans sa monnaie en hommage à la tradition  millénaire de pêche de sa population.

Partager cet article