Ils voyagent autour du monde... Ils sont de plus en plus nombreux à faire partager leurs impressions et leurs réflexions sur un monde qui devient finalement de plus en plus petit...

 

Extrait du carnet de voyage d’Aline Aurias à découvrir dans la Revue Bouts du monde n°12.

La skyline du downtown est moche à pleurer, mais autour, les maisons en couleur accueillent des colocs en pagaille, des apéros qui dégénèrent et des chums qui n’ont qu’à bien se tenir devant les Québécoises. 
 

Les immeubles montréalais poussent à la colocation car ils sont très conviviaux. Ils sont relativement étroits et dépassent rarement trois étages, avec un appartement par étage.

On dirait un peu les corons lillois, avec un escalier qui monte directement par l’extérieur au premier palier. Et puis derrière les façades, côté ruelle, on a le vis-à-vis et les terrasses des étages supérieurs qui donnent sur les inférieurs.

Du coup on peut saluer sa voisine d’en face, mais sans trop voir chez elle, car les courettes sont larges. Ou papoter avec le voisin d’à côté qui sort fumer à sa fenêtre.

L’été il y a des piscines en plastique qui fleurissent sur ces terrasses et des guirlandes de linge aux fenêtres et on voit fumer les barbecues au loin.

C’est surtout là que mes colocs et moi on se retrouvait avec un voisin et des amis, pour des apéros qui dégénéraient en soirée, à hurler les chansons d’ABBA en enfilant les cocktails. Plus tard dans la soirée, on allait se ravitailler en bières chez le dépanneur, l’équivalent québécois de notre arabe-du-coin.

J’avais trouvé une chambre dans un de ces immeubles typiques. Rue Chapleau, dans le quartier Rosemont. Et surtout, quasi au coin de la rue Mont-Royal, accès direct vers le parc du même nom. Car Montréal a des villes américaines les rues très longues et parfaitement perpendiculaires. Pour une sous-douée de l’orientation telle que moi, ce genre de ville est une bénédiction. D’autant que ça ne manque pas de charme, malgré cette espèce de rigidité géométrique. Il y a des murs de briques, des petits squares, de minuscules jardinets devant les maisons, les volets sont peints en couleur…

Récit : Aline Aurias voir son blog
Dessins : Fabien Pavelet

Carnet de voyage à lire dans Bouts du monde n°12

Bouts du monde n°25 en librairie, actuellement

Tous les numéros de Bouts du monde à retrouver ici : www.revue-boutsdumonde.com

 

Partager cet article