Au décès d’une personne en activité ou d’un retraité, son conjoint légitime, quelle que soit sa nationalité, bénéficie sous certaines conditions, d’une fraction des retraites versées ou à verser par les différents organismes obligatoires du défunt : c’est la réversion. Elle est limitée aux droits acquis, y compris les majorations familiales. Les personnes vivant maritalement ou pacsées n’ont pas droit aux pensions de réversion.

Nous vous invitons à consulter notre article.

Partager cet article