La possibilité de s’inscrire en ligne au Registre est effective depuis janvier 2016. S’inscrire, mais aussi actualiser sa situation, ou télécharger sa carte d’inscription consulaire. Cette évolution doit encourager les expatriés à s’inscrire (près de 1,7 millions le sont actuellement) et offrir à terme une image plus fidèle des communautés françaises à l’étranger.

 

L’application est donc intégrée au site servicepublic.fr, ce qui doit faciliter aussi le retour de l’expatrié puisqu’il se servira de son compte « service public » pour ses démarches en France, à partir des données administratives stockées dans son « coffre-fort » personnel.

Plus d'infos : www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33307

Le ministère a avancé rapidement sur ce projet parce qu’il ne dépendait que de lui. Les projets interministériels demandent forcément plus de temps de gestation, comme la dématérialisation des procurations de vote ou l’envoi postal des passeports mettant fin à la double comparution. Ce dernier projet devrait aboutir courant 2016.

Aucun doute pour Christophe Bouchard, directeur des Français de l’étranger au ministère des Affaires étrangères (MAEDI) : la marche vers l’e-consulat est inéluctable. Du fait, certes, de moyens de plus en plus réduits, mais aussi avec l’objectif que les postes, libérés des tâches bureaucratiques, puissent « dégager des marges de manœuvre » et « se concentrer sur un travail de proximité, un travail social », comme les bourses, l’aide à la personne, etc.

Vous vivez à l'étranger, ou souhaitez vous y installer prochainement: quelle est l'UFE la plus proche de chez vous ?

Partager cet article