Sur France24.com

La suppression de la prise en charge de la scolarité à l'étranger pour les élèves du Lycée, annoncée fin juin pour la rentrée de septembre 2012-2013 même si elle était attendue fait grincer des dents à l'étranger.

Retrouvez des avis d'expatriés sur l'article de Charlotte Oberti sur France24.com

Extrait :  

Etat budgétaire désastreux oblige, le gouvernement a donc décidé de mettre fin à la gratuité dès la rentrée 2012. Pour Hélène Charveriat, déléguée de l’Union des Français de l’étranger, le délai est court : "La mesure avait déjà été remise en cause mais là, c’est brutal".

Pour certains, la suppression de la PEC, la prise en charge des frais de scolarité par le gouvernement, aura un impact néfaste sur le système français et pourrait dissuader certains Français de s’installer à l’étranger, alors que la France compte 1,5 million de citoyens établis hors du territoire national. "Le riche expatrié est un mythe. Un expatrié est avant tout un Français curieux qui prend des risques. Avec la fin de la gratuité, certains citoyens résidant à l’étranger n’auront d’autres choix que de revenir en France et donc perdre leur emploi," explique Gautier, qui a participé à l’appel à témoignage lancé sur France24.com.

"Sans les expatriés, la France serait un village gaulois" 

"Nous sommes les représentants de la France à l'étranger et de ses intérêts," tempête pour sa part une internaute expatriée, avant d’exprimer le souhait de voir ses enfants éduquer dans une école française. "Etre parti vivre loin de nos frontières ne signifie pas que nous avons divorcé du pays et de sa culture !" Pour Lothaire, résidant en Pologne depuis trois ans, cette annonce est un choc : "Mon enfant va grandir d’une mère polonaise mais ne pourra pas bénéficier de ma culture, car je n’aurai pas les moyens de l’inscrire au lycée français, ni même dans un lycée polonais bilingue," déplore-t-il. 

Lire l'article
 

Partager cet article